UNE EQUIPE POUR REPONDRE A VOS QUESTIONS

L’équipe des Net Angels rassemble des bénévoles disponibles pour dialoguer sérieusement ici ou ailleurs sur toutes questions concernant la foi, la vie ou la société.

Vous pouvez nous écrire à : contact@lesnetangels.com

Mahomet n'est pas le "prophète illettré"

L'apologétique musulmane stipule que Mahomet aurait été un "prophète illettré", pour justifier l'origine divine du Coran. Un effet, un analphabète n'aurait pas pu s'inspirer de textes antérieurs, ou les recopier, pour inventer le texte coranique, ce qui coupe court alors à toute critique sur cette thématique-là.

Pour cela, les savants de l'islam déforment le sens très précis d'une expression curieuse du Coran : S7,157, "Ceux qui suivent l'envoyé, l'apôtre pour les Nations [faussement traduit par ces savants comme signifiant "prophète illettré"] qu’ils trouvent écrit chez eux dans la Torah et l’Évangile"

Ce verset ne mentionne pas un "prophète illettré" mais un "rasūla nabiyya ummiyya", un "envoyé, apôtre des Gentils", "apôtre de la Gentilité", "apôtre pour les Nations" : c'est le sens réel du mot ummiyya, cf. la traduction de Régis Blachère ou la traduction originale de Muhammad Hamidullah.

En fait cette expression ne désigne pas Mahomet, mais Jésus.

C'est lui qui, selon le sens littéral du texte coranique, aurait été envoyé pour délivrer le message de porter la vraie religion en dehors du peuple juif, parmi les Nations (et particulièrement chez les Arabes à qui s'adresse le texte coranique).

C'est ce qu'on comprend avec le contexte du verset en entier : S7,157, "Ceux qui suivent l'envoyé, l'apôtre pour les Nations qu’ils trouvent écrit chez eux dans la Torah et l’Évangile, il leur ordonne le convenable, leur défend le blâmable, leur rend licites les bonnes choses, leur interdit les mauvaises, et leur ôte le fardeau et les jougs qui étaient sur eux. Ceux qui croiront en lui, le soutiendront, lui porteront secours et suivront la lumière descendue avec lui ; ceux-là seront les gagnants."

Ces expressions mises en gras désignent explicitement Jésus :  

  • "écrit chez eux dans la Torah et l’Évangile" : la Torah mentionne en effet tous les signes prophétiques de la messianité de Jésus (signes que les Talmuds ont voulu cacher, ou "recouvrir") ; et les Évangiles mentionnent bien évidemment Jésus. Or, ni la Torah, ni les Évangiles ne mentionnent Mahomet, malgré tous les efforts que font les savants de l'islam pour en trouver la trace...
    De plus, si on se place dans la perspective de l'apologétique musulmane qui veut croire que "l'apôtre aux Nations" serait Mahomet et qu'il serait un "prophète illettré", le verset n'a pas de sens : comment "ceux qui suivent le prophète illettré" [les musulmans] pourraient-ils le trouver "chez eux", c'est à dire dans leurs propre livres que seraient la Torah et l'Évangile alors que ces livres ne sont pas les livres des musulmans, et que le seul livre des musulmans est le Coran ?   
  • "fardeau" et "jougs" : cf. évangile de Matthieu 11,28-30, "Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos. Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos pour votre âme. Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau léger" dit Jésus. Ces expressions juives traditionnelles de "fardeau" et de "joug" désignent l'enseignement, l'interprétation d'un rabbi sur le sens des Écritures : l'enseignement de Jésus est facile et léger au regard de celui des rabbis de son temps, qui collationnaient des commentaires de la Torah sur des générations (Rabbi untel a dit ceci, Rabbi untel a dit cela, etc.)
  • "lui porteront secours" : cf. texte coranique, en S3,52, "Puis, quand Jésus ressentit de l’incrédulité de leur part, il dit : “Qui sont mes secoureurs dans la voie de Dieu ?” Les disciples dirent : “Nous sommes les secoureurs de Dieu”.
  • "lumière descendue avec lui" : cf. texte coranique, en S5,46, "Nous avons envoyé Jésus, fils de Marie, pour confirmer ce qu'il y avait dans la Torah avant lui. Et Nous lui avons donné l'Évangile, où il y a guide et lumière".
    Voir aussi en S5,15: "Ô gens du Livre [Juifs, gens de la Torah] ! Notre Messager [Jésus] vous est certes venu, vous exposant beaucoup de ce que vous cachiez du Livre [la Torah ; ce que cachent les Juifs sont les prophéties de la messianité de Jésus], et passant sur bien d'autres choses! Une lumière et un Livre explicite [Évangile et/ou Torah, qui affirment la messianité de Jésus] vous sont certes venus d'Allah!"

Donc l'expression "rasūla nabiyya ummiyya","envoyé, apôtre des Gentils" désigne bel et bien Jésus. C'est lui qui était en fait au coeur des prédications originelles dont on trouve la trace dans le Coran. Car les premiers musulmans ne vénéraient pas le Coran ni Mahomet, ils vénéraient Jésus et attendaient son retour imminent.